Lire le magazine Edelweiss, un luxe?

 

Edelweiss, c’est un magazine féminin et suisse-romand qui paraît chaque mois. Si je vous en parle, c’est que je trouve qu’il « sort du lot » de par la richesse et la qualité de son contenu. Mode, art, design, beauté, shopping, littérature: la diversité des thèmes et un style d’écriture qui vous transporte en font un magazine incontournable!

Le magazine Edelweiss

Edelweiss: ce magazine porte bien son nom puisque l’Edelweiss est une fleur montagnarde assez rare que l’on trouve dans les Alpes, ce qui en fait un symbole national en Suisse. Edelweiss signifie également en allemand « noble » (Edel) et « blanc » (weiss), en référence à la beauté de cette plante au blanc éclatant. Résumez: rareté, helvétique, beauté, noblesse. Quatre adjectifs pour caractériser un magazine d’exception.

Sa rédactrice en chef, Laurence Desbordes, a sû donner un nouveau souffle au magazine depuis qu’elle y travaille. Nouveau concept, nouvelle couverture, des images et un contenu de qualité. Avec son style qui lui est propre, Edelweiss ne peut être comparé aux Glamour ou autre Cosmopolitan de la presse féminine. Pas de bling bling, pas de gossip, mais à la place, de quoi satisfaire un lectorat qui aime la mode, le shopping tout en se cultivant: littérature, art, etc.

Un magazine qui continue à se développer, grâce à des événements et partenariats qui correspondent à des attentes réelles de ses lectrices: showroom de mode, Prix de la cosmétique, conférences etc. Il a su devenir une vraie référence dans le paysage suisse-romand!

Dans l’édito du hors-série luxe, Laurence Desbordes revient sur la notion de luxe, parfois synonyme de superflu. Selon elle, « un monde sans luxe serait un monde sans culture », en référence au « luxe » de prendre le temps de lire, d’écrire, de dessiner ou de visiter une exposition. Des petites choses simples mais combien utiles et agréables.

Au même titre, lorsque je reçois le magazine Edelweiss dans ma boîte aux lettres, le luxe est alors de le lire en entier, confortablement assise dans mon canapé. Parce qu’il le vaut bien!

Publicités